~ ENTENTE-SPIRITE-FR ~

~ FORUM DE DISCUSSION SUR LA CONNAISSANCE & LA COMPREHENSION DU SPIRITISME ~
 
AccueilPortailRechercherS'enregistrerConnexion
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Derniers sujets
Navigation
 Portail
 Index
 Membres
 Profil
 FAQ
 Rechercher

Partagez | 
 

  La Prière , Sa raison et Son intérêt

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: La Prière , Sa raison et Son intérêt    Dim 24 Juin - 14:01

La Prière , Sa raison et Son intérêt


Action de la prière…

Transmission de la pensée…
La prière est une invocation ; par elle, on se met en rapport de pensée avec l'être auquel on s'adresse. Elle peut avoir pour objet une demande, un remerciement ou une glorification.
On peut prier pour soi-même ou pour autrui, pour les vivants ou pour les morts…

Le Spiritisme explique l'action de la prière par le mode de transmission de la pensée, soit que l'être prié vienne à notre appel, soit que notre pensée lui parvienne. Il faut pour s'en rendre compte, se présenter tous les êtres incarnés et désincarnés plongés dans le fluide universel, qui occupe l'espace comme ici-bas, nous le sommes dans l'atmosphère : ce fluide reçoit une impulsion de la volonté.


La prière en commun…

La puissance de la prière est dans la pensée ; elle ne tient ni aux paroles, ni au lieu, ni au moment où on la fait. Point n'est besoin de s'isoler des heures entières sur les dalles froides d'une église, car Dieu est partout… a dit l'archange Raphaël ; on peut donc prier partout, à toute heure, seul ou en commun. L'influence du lieu ou du temps tient aux circonstances qui peuvent favoriser le recueillement.
La prière en commun a une action plus puissante quand tous ceux qui prient s'associent de cœur à une même pensée et ont un même but car c'est comme si beaucoup crient ensemble et à l'unisson ; mais qu'importe d'être réunis en grand nombre si chacun agit isolément et pour son compte personnel ! Cent personnes réunies peuvent prier comme des égoïstes, tandis que deux ou trois, unies dans une commune aspiration, prieront comme de véritables frères en Dieu, et leur prière aura plus de puissance que celle des cent autres.


La prière pour les morts… et les Esprits souffrants.

La prière est réclamée par les Esprits souffrants ; elle leur est utile parce qu'en voyant qu'on pense à eux, ils se sentent moins délaissés et ils sont moins malheureux. Mais la prière a sur eux une action plus directe : elle relève leur courage, excite en eux le désir de s'élever par le repentir et la réparation et peut les détourner de la pensée de faire le mal ; c'est en ce sens qu'elle peut non seulement alléger, mais abréger leurs souffrances…

Certaines personnes n'admettent pas la prière pour les morts parce que, dans leur croyance, il n'y a pour l'âme que deux alternatives : être sauvée, ou condamnée aux peines éternelles, et dans ce cas, la prière est inutile. Sans discuter la valeur de cette croyance, admettons pour un instant, la réalité de peines éternelles et irrémissibles, et que nos prières soient impuissantes pour y mettre un terme. Nous demandons si, dans cette hypothèse, il est logique, il est charitable, il est… chrétien de rejeter la prière pour les réprouvés ? Ces prières, tout impuissantes qu'elles seraient pour les délivrer, ne sont-elles pas, pour eux, une marque de pitié qui peut adoucir leur souffrance ?
Sur la Terre, lorsqu'un homme est condamné à perpétuité, alors qu'il n'y aurait aucun espoir d'obtenir sa grâce, est-il défendu à une personne d'aller soutenir "ses fers" pour lui en alléger le poids ? Lorsque quelqu'un est atteint d'un mal incurable, faut-il, parce qu'il n'offre aucun espoir de guérison, l'abandonner sans aucun soulagement ? Songez que parmi les réprouvés, peut se trouver un père, une mère ou un fils, et parce que selon vous, il est coupable, vous lui refuseriez un verre d'eau pour étancher sa soif, un baume pour sécher ses plaies ?
Vous ne lui donneriez pas un témoignage d'amour, une consolation ?

Lors donc que la pensée est dirigée vers un être quelconque, sur la terre ou dans l'espace, un courant fluidique s'établit de l'un à l'autre, transmettant la pensée, comme l'air transmet le son.

C'est ainsi que la prière est entendue des Esprits à quelque endroit qu'ils se trouvent, que les Esprits communiquent entre eux, qu'ils transmettent leurs inspirations, que des rapports s'établissent à distance entre les incarnés…

Par la prière, l'Homme appelle à lui le concours des bons Esprits qui viennent le soutenir dans ses résolutions, et lui inspirer de bonnes pensées ; il acquiert ainsi la force morale nécessaire pour vaincre les difficultés et rentrer dans le droit chemin s'il en est écarté ; et par là aussi, il peut détourner de lui les maux qu'il s'attirerait par sa propre faute.

Un Homme, par exemple, voit sa santé ruinée par les excès qu'il a commis (alcool, tabac etc…) a-t-il le droit de se plaindre s'il n'obtient pas sa guérison ? Non, car il aurait pu trouver dans la prière, la force de résister aux tentations, mais il est bon de se rappeler que la miséricorde de Dieu est inépuisable et de persévérer dans la prière dont la puissance est infinie…

Si l'on fait deux parts des mots de la vie : l'une de ceux que l'Homme ne peut éviter, l'autre des tribulations dont il est lui-même la cause par son incurie et ses excès, on verra que celle-ci l'emporte de beaucoup en nombre, sur la première.
Il est donc bien évident que l'Homme est l'auteur de la plus grande partie de ses afflictions et qu'il les épargnerait s'il agissait toujours avec sagesse et prudence…
Nous serions parfaitement heureux si nous ne dépassions pas la limite du nécessaire dans la satisfaction de nos besoins, nous n'aurions pas les maladies qui sont la suite de nos excès et les vicissitudes qu'entraînent ces maladies ;
si nous mettions des bornes à notre ambition, nous ne craindrions pas la ruine ;
si nous ne voulions pas monter plus haut que nous le pouvons, nous ne craindrions pas de "tomber" ;
si nous étions humbles, nous ne subirions pas les déceptions de l'orgueil abaissé ;
si nous pratiquions la loi de charité, nous ne serions ni médisants, ni envieux, ni jaloux ;
si nous ne faisions pas le mal, nous ne craindrions pas les vengeances… etc… etc…
Admettons que l'Homme ne puisse rien sur les autres maux ; que toute prière soit superflue pour s'en préserver, ne serait-ce pas déjà beaucoup d'être affranchi de tous ceux qui proviennent de son fait ?

Or ici, l'action de la prière se conçoit aisément quand on se souvient qu'elle a pour effet de mettre à notre disposition, l'influence des Bons Esprits et par elle, de résister aux mauvaises pensées dont l'exécution nous serait funeste.
Dans ce cas, « ce n'est pas le mal qui est détourné, c'est nous-mêmes qui sommes détournés de la pensée qui cause le mal. Les Esprits invoqués n'entravent en rien les décrets de Dieu, ils ne suspendent pas le cours des lois de la nature, mais ils nous aident à ne pas enfreindre ces lois, en dirigeant notre libre arbitre ». L'Homme se trouve alors dans la position de celui qui sollicite de bons conseils et les mets en pratique, mais qui est libre de les suivre ou non ; Dieu veut qu'il en soit ainsi pour qu'il ait la responsabilité de ses actes et le mérite du choix entre le bien et le mal…

L'Homme qui ne se croit pas assez bon pour exercer une influence salutaire, ne doit pas s'abstenir de prier pour autrui, par la pensée qu'il n'est pas digne d'être écouté. La conscience de son infériorité est une preuve d'humilité toujours agréable à Dieu qui tient compte de l'intention charitable qui l'anime…
Sa ferveur et sa confiance en Dieu sont un premier pas vers le retour au Bien dans lequel les bons Esprits sont heureux de l'encourager.
La prière qui est repoussée est celle de l'orgueilleux qui a foi en sa puissance et ses mérites, et croit pouvoir se substituer à la volonté de l’Éternel.

Source: textes tirés des écrits de Allan Kardec ( l' Évangile selon le spiritisme)
Revenir en haut Aller en bas
Lune
membre fidèle & actif
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1068
Age : 41
Localisation : le ciel
Date d'inscription : 19/12/2008

MessageSujet: Re: La Prière , Sa raison et Son intérêt    Dim 24 Juin - 15:05


_________________
...Lune...
Revenir en haut Aller en bas
Choub
membre fidèle & actif
avatar

Masculin
Nombre de messages : 239
Age : 29
Localisation : Toulouse
Date d'inscription : 11/02/2012

MessageSujet: Re: La Prière , Sa raison et Son intérêt    Dim 24 Juin - 20:22

Merci pour ce passage, quel chef d’œuvre ce livre ( l' Évangile selon le spiritisme), il faudrait que je le relise.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La Prière , Sa raison et Son intérêt    Lun 25 Juin - 13:27

Merci Chenoa Wink
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La Prière , Sa raison et Son intérêt    

Revenir en haut Aller en bas
 
La Prière , Sa raison et Son intérêt
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
~ ENTENTE-SPIRITE-FR ~  :: ENTENTE SPIRITE fr :: PRESENTEZ-VOUS... :: LE SPIRITISME :: NDE,VOYAGE ASTRAL, REVES :: MEDUIMNITE :: GUIDES, PROTECTIONS :: ESPRITS, FANTOMES, POLTERGEISTS :: LA REINCARNATION :: VIE ANTERIEURE, AU-DELA :: LE MAGNETISME :: ENERGIE, CHAKRAS :: HYPNOSE :: RELIGIONS, SCIENCES, PHILO :: RELIGIONS, PRIERES-
Sauter vers: