~ ENTENTE-SPIRITE-FR ~

~ FORUM DE DISCUSSION SUR LA CONNAISSANCE & LA COMPREHENSION DU SPIRITISME ~
 
AccueilPortailRechercherS'enregistrerConnexion
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Derniers sujets
Navigation
 Portail
 Index
 Membres
 Profil
 FAQ
 Rechercher

Partagez | 
 

 L'enfance (revue spirite fevrier 1859)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: L'enfance (revue spirite fevrier 1859)   Jeu 28 Nov - 16:30

Bonjour,

Je partage avec vous cette très belle communication spirite d'un esprit venu spontanément disserter sur l'enfance de l'humain.

Communication spontanée de M. Nélo, médium, lue à la Société le 14 janvier 1859.

L'enfance

Communication spontanée de M. Nélo, médium, lue à la Société le 14 janvier 1859.
Vous ne connaissez pas le secret que cachent les enfants dans leur innocence ; vous ne savez pas ce qu'ils sont, ni ce qu'ils ont été, ni ce qu'ils seront ; et pourtant vous les aimez, vous les chérissez comme s'ils étaient une partie de vous-même, tellement que l'amour d'une mère pour ses enfants est réputé le plus grand amour qu'un être puisse avoir pour un autre être. D'où vient cette douce affection, cette tendre bienveillance que les étrangers eux-mêmes éprouvent envers un enfant ? Le savez-vous ? non ; c'est cela que je vais vous expliquer.
Les enfants sont les êtres que Dieu envoie dans de nouvelles existences ; et pour qu'ils ne puissent pas lui reprocher une sévérité trop grande, il leur donne toutes les apparences de l'innocence ; même chez un enfant d'un mauvais naturel, on couvre ses méfaits de la non-conscience de ses actes. Cette innocence n'est pas une supériorité réelle sur ce qu'ils étaient avant ; non, c'est l'image de ce qu'ils devraient être, et s'ils ne le sont pas, c'est sur eux seuls qu'en retombe la peine.
Mais ce n'est pas seulement pour eux que Dieu leur a donné cet aspect, c'est aussi et surtout pour leurs parents dont l'amour est nécessaire à leur faiblesse, et cet amour serait singulièrement affaibli par la vue d'un caractère acariâtre et revêche, tandis que croyant leurs enfants bons et doux, ils leur donnent toute leur affection, et les entourent des soins les plus délicats. Mais lorsque les enfants n'ont plus besoin de cette protection, de cette assistance qui leur a été donnée pendant quinze à vingt années, leur caractère réel et individuel reparaît dans toute sa nudité : il reste bon s'il était fondamentalement bon, mais il s'irise toujours de nuances qui étaient cachées par la première enfance.
Vous voyez que les voies de Dieu sont toujours les meilleures, et que lorsqu'on a le coeur pur, l'explication en est facile à concevoir.
En effet, songez bien que l'Esprit des enfants qui naissent parmi vous peut venir d'un monde où il a pris des habitudes toutes différentes ; comment voudriez-vous que fût au milieu de vous ce nouvel être qui vient avec des passions tout autres que celles que vous possédez, avec des inclinations, des goûts entièrement opposés aux vôtres ; comment voudriez-vous qu'il s'incorporât dans vos rangs autrement que comme Dieu l'a voulu, c'est-à-dire par le tamis de l'enfance ? Là viennent se confondre toutes les pensées, tous les caractères, toutes les variétés d'êtres engendrés par cette foule de mondes dans lesquels grandissent les créatures. Et vous-mêmes, en mourant, vous vous trouvez dans une sorte d'enfance, au milieu de nouveaux frères ; et dans votre nouvelle existence non terrestre, vous ignorez les habitudes, les mœurs, les rapports de ce monde nouveau pour vous ; vous manierez avec peine une langue que vous ne serez pas habitués à parler, langue plus vive que n'est aujourd'hui votre pensée.
L'enfance a encore une autre utilité ; les Esprits n'entrent dans la vie corporelle que pour se perfectionner, s'améliorer ; la faiblesse du jeune âge les rend flexibles, accessibles aux conseils de l'expérience et de ceux qui doivent les faire progresser ; c'est alors qu'on peut réformer leur caractère et réprimer leurs mauvais penchants ; tel est le devoir que Dieu a confié à leurs parents, mission sacrée dont ils auront à répondre.
C'est ainsi que l'enfance est, non-seulement utile, nécessaire, indispensable, mais encore qu'elle est la suite naturelle des lois que Dieu a établies et qui régissent l'univers.
Remarque. Nous appelons l'attention de nos lecteurs sur cette remarquable dissertation dont la haute portée philosophique sera facilement comprise. Quoi de plus beau, de plus grandiose, que cette solidarité qui existe entre tous les mondes ! Quoi de plus propre à nous donner une idée de la bonté et de la majesté de Dieu ! L'humanité grandit par de telles pensées, tandis que nous la rapetissons en la réduisant aux mesquines proportions de notre vie éphémère et de notre monde imperceptible parmi les mondes.

http://spirite.free.fr/ouvrages/revue1859/RS59.htm
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: L'enfance (revue spirite fevrier 1859)   Jeu 28 Nov - 23:44

Merci pour ce texte, un joli débat en perspectif.
Je viens de voir que c'est aussi la réponse n°385 du livre des Esprits.

Nos enfants ne nous choississent pas au hasard mais bien pour que nous les guidions au mieux corrigeant leurs mauvais penchants et défauts, dans la mesure du possible vu que dès l'adolescence ils reprennent leur personnalité acquise dans leurs vies antérieures.

" Un mauvais Esprit peut demander de bons parents, dans l'espérance que leurs conseils le dirigeront dans une voie meilleure, et souvent Dieu le leur confie. "

ils peuvent améliorer l'Esprit de l'enfant qu'ils ont fait naître et qui leur est confié : c'est leur devoir ; de mauvais enfants sont une épreuve pour les parents. "


 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: L'enfance (revue spirite fevrier 1859)   Ven 29 Nov - 16:16

Oui Planète comme de bons enfants pourront choisir de mauvais parents afin de les faire grandir et évoluer suivant la façon dont ils tiendront leur rôle paternel ou, et maternel.

Il y a des enfants sur les quels ont voit déjà les prédominances bonnes ou mauvaises très tôt dans l'âge. J'ai vu pour ma part le cas de très près d'un tout jeune enfant qui était porté à la cruauté envers les animaux, envers les autres enfants, et cette tendance à faire le mal n'était pas occasionnelle car dans beaucoup d'occasions, il se comportait cruellement avec les autres et on y décelait bien le plaisir qu'il en éprouvait.
L'avancée dans l'age ne l'a pas amélioré bien au contraire car sa véritable nature reprenait progressivement le dessus. Il est bien à plaindre cet esprit qui persévère dans le mal...

Alors il est vrai que pour les parents, l'entourage d'un tel enfant, cela ne doit pas être facile à gérer et réformer un caractère de ce genre,  c'est une dure épreuve.
Revenir en haut Aller en bas
anne
membre fidèle & actif


Féminin
Nombre de messages : 645
Age : 60
Localisation : France
Date d'inscription : 08/01/2010

MessageSujet: Re: L'enfance (revue spirite fevrier 1859)   Ven 29 Nov - 21:41

OUI effectivement il y'a des enfants qui font du mal aux bêtes mais surtout par ignorance du mal qu'ils font la plupart di temps il faut leur expliquer que l'animal aussi souffre et ça tous les parents ne le font pas = je me souviens de ce pauvre chien dont les enfants de ses maitres s'amusaient à lui perforer les oreilles avec une agrafeuse devant les parents qui ne reagissaient pas estimant que leurs gamins devainent bien s'amuser et que cette pauvre brave bête ne faisait que pleurer et non repondre par l'agressivité !! à l'oppose j'ai vu un petit garçon d'environ 5 ans qui prenait avec une rare delicatesse son cochon d'inde dans les mains sans que personne ne lui dise de le faire;.

Un pretre un jour m'a dit qu'enfant il etait mechant avec les animaux et que donc on pouvait aussi changer...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: L'enfance (revue spirite fevrier 1859)   Ven 29 Nov - 22:18

Lorsqu'on torture les animaux avec un réel plaisir, personnellement je ne mets pas cela sur l’ignorance mais sur un sadisme évident qui ne demande qu'à s'exprimer et qui démontre de façon évidente la nature de l'esprit. Lorsque les parents ne réagissent pas, alors là c'est encore pire.

Citation :
Un pretre un jour m'a dit qu'enfant il etait mechant avec les animaux et que donc on pouvait aussi changer...
Bien sur que l'on peut changer mais cela prend bien du temps et chaque esprit avancera à son rytme.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: L'enfance (revue spirite fevrier 1859)   Sam 30 Nov - 15:37

Allo Anne !

Je pense également qu'enfant, faire du mal aux animaux n'est pas sans méconnaissance du mal qu'il fait et ça devient du sadisme quand il en prend plaisir. Sa vraie nature se dévoile alors telle qu'elle sera et qu'elle a été dans la vie passée.

Il en est de même pour un enfant voleur, menteur, colèrique voire pyromane etc... ayant déjà le vice à l'âme.

Je connais un gamin de deux ans qui volait déjà à son âge, il dissimulait des petits objets dans sa couche, qu'il arrivait a attraper çi et là. A trois ans il piquait des petits jouets dans les magasins qu'il cachait dans son pantalon, ses poches. C'est à sa démarche que l'on comprenait ce qui se passait, obligées de le fouiller aux caisses, et sa mère l'excusait en disant "il est petit, il ne sait pas !" On ne voyait même pas à quel moment il avait pu le faire. Son entourage avait beau lui dire "non ! non ! on ne vole pas !" Donc, vous imaginez bien que plus tard, plus grand, et oui...ce n'est pas dans cette vie qu'il ne volera plus.

Oui, je confirme, chacun avance à son rythme. Un jour, ils comprendront leurs erreurs et voudront changer.

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: L'enfance (revue spirite fevrier 1859)   

Revenir en haut Aller en bas
 
L'enfance (revue spirite fevrier 1859)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
~ ENTENTE-SPIRITE-FR ~  :: ENTENTE SPIRITE fr-
Sauter vers: